Diplômés du MCI, quelques années après, que sont-ils devenus ? #2, Arthur, Product Manager chez Lengow

Rencontre avec Arthur Bourgeois, Product Manager chez Lengow (Nantes) et diplômé en 2013 du Mastère Spécialisé Management et Compétences Internationales (MS MCI) d’Audencia Business School.


Arthur

 

 

Quelles études as-tu faites avant de candidater pour le MS MCI ?

Mon parcours est atypique, je n’ai pas commencé mes études immédiatement après le BAC. En effet, j’aspirais à devenir indépendant rapidement et donner une coloration internationale à mon profil. Après avoir passé mes années de lycée au Vietnam et mon BAC en Thaïlande, je suis parti deux ans travailler en Australie puis six mois en Nouvelle-Calédonie. Puis j’ai décidé de revenir en France pour entreprendre cinq ans d’études au terme desquelles j’ai été diplômé du Master 2 Management de projets d’innovation et entrepreneuriat au sein de l’Institut d’Economie et d’Entrepreneuriat de Nantes (IEMN).

Que recherchais-tu en intégrant le Mastère Spécialisé Management et Compétences Internationales et qu’as-tu fait finalement à la sortie du MS MCI ?

En entrant à Audencia, je souhaitais m’orienter vers le conseil en stratégie. Au cours du Mastère à Audencia, j’ai eu deux propositions de stage pour deux gros cabinets de conseil internationaux (Deloitte et Ernst & Young). J’ai finalement refusé les deux offres. Entre temps, j’ai rencontré Séverine Pirault, l’un des  trois associés du groupe Intuiti, une agence de conseil en tactique digitale sur Nantes, qui avait la volonté d’accompagner les organisations dans leur transformation numérique. J’ai réalisé mon stage au sein de ce groupe avec comme objectif de valider les hypothèses de cette idée et de ce projet entrepreneurial, en vue de créer une entreprise. Après 8 mois d’ingénierie de faisabilité, de brainstorming intense, et de belles rencontres, j’ai co-créer avec Séverin la start-up « Keople ». J’étais alors Product Manager en charge de la Direction de projet et de l’innovation.

koeple

Et aujourd’hui, trois ans plus tard, qu’es-tu devenu et quelles sont tes aspirations ?

Aujourd’hui je viens d’intégrer un nouveau poste dans une nouvelle entreprise. Je suis Product Manager chez Lengow. Cette entreprise a développé une solution SaaS qui a pour vocation d’aider les e-commerçants à augmenter leur vente. Mon rôle est d’améliorer en continu la solution, ainsi que de gérer les projets d’intégration d’applications partenaires. Mon métier est axé sur le produit et la R&D. Je travaille avec des acteurs très différents (Directeur produit, Directeur marketing, CEO, des équipes technique, …). J’ai une vision transverse du métier de manager. En effet, je travaille sur une partie innovante et technique : le développement de produits et de services numériques, mais également sur une partie plus collaborative et « business development » à travers la relation client et l’objectif final d’offrir la meilleur expérience à mes clients. Aujourd’hui, mes aspirations n’ont pas changée. Mon attrait pour l’international est toujours là, et fait partie de mon quotidien, en ayant rejoint Lengow, qui tend à s’internationaliser et dont les équipes sont multiculturelles tant par les nationalités que les profils. Je reste un entrepreneur dans l’âme, j’aime comprendre les nouveaux business model, anticiper les nouvelles tendances sur un marché, afin de mieux comprendre l’évolution de notre monde. D’ailleurs je consacre 30% de mon travail à la veille stratégique et technologique.

 

lengow

 

 

Justement, si tu avais un ou deux conseils à donner aux diplômés sortants ou aux futurs étudiants du MS MCI, souhaitant créer leur propre entreprise, quels seraient-ils ?

D’abord, rester en veille sur le marché, sur les thèmes qui vous intéressent, les entreprises au sein desquels vous aimeriez travaillez, le plus important c’est de rester au cœur de l’actualité. Il faut savoir détecter les tendances et les facteurs de réussite. Ensuite, il faut prendre le temps d’aller à la rencontre de ceux qui ont réussi, leur poser des questions, comprendre et identifier les facteurs clefs de leur succès. De plus, la création d’entreprise ou l’innovation n’est pas une fin en soi, elle répond à un besoin et nécessite donc de l’observation…et du temps. Il est vital de comprendre clairement qui on est, ce que l’on veut et où l’on va. Enfin, quand on pense tenir la bonne idée, il faut la challenger, il faut en parler et la tester, et surtout, il faut bien s’entourer dès qu’on souhaite se lancer. La réussite seule est rare et idéaliste. Seul on va vite, ensemble on va plus loin. En dernier mot je citerais Confucius, qui est ma guideline de vie : « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie ».

Pour conclure, qu’as-tu retenu du Mastère Spécialisé Management et Compétences Internationales d’Audencia et que-t-a-il apporté dans ton parcours professionnel ?

On ne le dira jamais assez mais le réseau est un point essentiel dans la réussite de sa carrière professionnelle. Le MS MCI m’a permis non seulement d’enrichir mon réseau professionnel mais également, à travers les rencontres que j’y ai faites, de définir avec précision mes attentes vis-à-vis du monde professionnel et de mon futur métier. En sortant d’Audencia, je savais dans quel environnement, de quelle manière et dans quel domaine d’activité je voulais travailler. J’ai dû faire des choix et je ne les regrette pas.Au cours du Mastère, une thèse professionnelle est obligatoire. Elle vous permet de mettre en avant une compétence supplémentaire, de colorer votre CV d’un domaine de spécialisation particulier, Cet exercice m’a passionné et, même après l’obtention de mon Mastère, je reste encore en veille sur le thème que j’avais choisi trois ans plus tôt : « En quoi le management collaboratif devient un levier d’innovation essentiel au sein d’un écosystèmeet plus précisément en entreprise ? ». De plus, le MS MCI m’a permis de valider mon expérience professionnelle à l’international, par des « soft skills » (compétences de savoir-être : team building, leadership, intercultural management…) et des « hard skills » (compétences techniques : ressources humaines internationales, financement de projets internationaux, stratégie internationale…), et donc d’être reconnue sur le marché du travail. Pour conclure, le Mastère Spécialisé Management et Compétences Internationales est un véritable atout dans un parcours professionnel. A travers son réseau, sa reconnaissance sur le marché du travail, et sa valeur ajoutée en termes d’apprentissage, cette formation provoque de nouvelles opportunités à l’international dans l’immédiat ou dans quelques années.

Leave a Comment