Les organisations à l’épreuve de l’ interculturalité

Avec la mondialisation, l’ interculturalité est devenu un des nouveaux enjeux dans les organisations. On le sait, le mélange des cultures peut être source de bienfaits comme de complications. Le management interculturel devient donc un peu la “Boite à outils” du manager. Mais finalement, le management interculturel qu’est-ce que c’est ?

Deux experts sur la question nous proposent quelques éléments de réflexion. 

 

Guillerme AZEVEDO

Guillerme AZEVEDO

Guilherme AZEVEDO, professeur, chercheur, expert et auteur de nombreux livres et articles dans le domaine du management interculturel.

 

 

 

Martin Ricomard

Martin RICOMARD

 

Martin RICOMARD, ancien élève du mastère spécialisé Management et compétences Internationales, auteur d’une thèse sur le management interculturel dans la marine marchande.   

 

 

Qu’est-ce que le management interculturel ?

Selon Guillerme AZEVEDO :

C’est une forme de management qui intervient avec des personnes de cultures différentes. Cela fait référence à la capacité à gérer de manière appropriée la diversité culturelle dans les organisations.

Il faut cependant rester vigilant car culture différente ne signifie pas forcément nationalité différente. Une culture peut être professionnelle mais aussi géographique. Par exemple, le Kanak de Nouvelle Calédonie est autant Français que le parisien mais ils sont de cultures très différentes.

 

Les clés de la réussite dans une organisation interculturelle.

Sur la base de l’expérience de Guillerme AZEVEDO, les deux facteurs fondamentaux de l’interculturalité sont les suivants :

  • Toujours essayer de donner une explication plus profonde des événements culturels que nous ne pouvons pas encore comprendre ;
  • Ne jamais tenir pour acquis nos propres dispositions culturelles.

En d’autres termes, il est essentiel de rester vigilant afin de ne jamais cesser d’apprendre à la fois sur les autres et sur nous-mêmes. La stratégie à adopter dépend de la situation, il n’a a pas de réponse solution universelle. Heureusement, le monde du management n’est pas si simple et si ennuyeux !

Quelques conseils pour travailler dans un environnement multiculturel :

  • Commencez par vous familiariser avec les spécificités de cette culture (histoire, langue, cuisine, paysages…)
  • Surmonter les stéréotypes
  • Apprendre à se connaitre : apprendre à connaître l’autre vous transformera également

Selon un vieil anthropologue :

“Apprenez tout ce que vous pouvez apprendre en observant et en posant des questions, puis mettez tous vos efforts à l’épreuve”.

 

Les avantages et désavantages de travailler dans un domaine multiculturel. 

« On apprend toujours des autres. »

Martin RICOMARD trouve cela beaucoup plus intéressant et plus enrichissant. Le mélange de culture dans le travail oblige naturellement tout le monde à prendre sur soi. Les sociétés culturellement hétérogènes (multiculturalisme) ont tendance à être plus créatives, plus vigoureuses et plus performantes.

Cependant, l’homogénéité culturelle (monoculturalisme) peut être préférable pour les organisations qui existent dans un secteur très développé, où la concurrence se déroule généralement dans le même sens. Mais, ces organismes peuvent devenir trop vulnérables s’ils doivent se réinventer.

interculturalité

Equipe de travail interculturelle

 

Les obstacles à la réussite dans une organisation interculturelle.

  • La méconnaissance de la culture des autres
  • L’intolérance et le manque de respect envers ceux qui sont différents

Prenons l’exemple d’une grande fusion et acquisition ayant mal tourné à cause d’une intégration interculturelle médiocre. Je trouve le cas entre Daimler et Chrysler particulièrement instructif. Daimler était une compagnie allemande décrite comme “conservatrice, efficace et sure”. Cependant, Chrysler était connu comme “audacieux, différent et créatif”.

Dans cet exemple, les cultures sont clairement différentes. Elles n’ont pas su cohabiter et cette fusion s’est logiquement soldé par un échec. De façon général, les grandes fusions sont particulièrement sujettes aux conflits culturels, car il s’agit de sociétés matures ayant des cultures bien établies. L’interculturalité doit donc être prise en compte.

 

Les sources de conflits possibles entre différentes cultures. 

Pour Guillerme AZEVEDO, il n’y a pas de réponse toute faite. Les problèmes interculturels sont très divers et surviennent quand on ne s’y attend pas. Généralement, un conflit survient lorsque les dirigeants ne parviennent pas à créer des discours d’intégration interculturelle. Les pratiques d’intégration, induites de ces discours, renforceront les récits qui unissent les gens.

Supposer que les cultures soient similaires et ignorer les différences mène souvent au conflit.

 

interculturalité

Management interculturel

Quel management interculturel pour les années à venir ?

On se rend bien compte de nos jours que l’interculturalité prend de plus en plus d’ampleur. Cela devient un axe majeur pour beaucoup d’entreprise internationales. C’est pourquoi le management interculturel devrait encore se répandre dans les prochaines années. Cependant, consciente de la difficulté de l’interculturalité, les organisations s’adapteront probablement mieux que par le passé.

Nous assistons à une certaine convergence des cultures mais n’ont jamais été uniformes et ne seront jamais. À l’intérieur de chacun de nous, nous avons deux impulsions : nous voulons être accepté en tant que groupe mais nous voulons aussi nous distinguer des autres. La nature humaine empêche donc l’uniformité culturelle. Les cultures existent parce qu’elles peuvent évoluer. Le contre-culturel existera toujours car les gens inventeront et mélangeront toujours de nouvelles dispositions culturelles.

En ce qui concerne les affaires, les entreprises originales et innovantes, avec un avantage concurrentiel, contribuent à la diversification permanente des cultures organisationnelles.

Il semble donc impossible que les cultures fusionnent en une culture unique et uniforme. Nous deviendrons probablement plus conscients de notre appartenance culturelle à notre époque plutôt qu’à l’espace dont nous sommes issus. Mais ceci est encore une autre histoire…

 

En résumé, le management interculturel est tout un art. Certes, mélanger les cultures dans les organisations n’est pas évident à gérer mais cela apporte une richesse créative certaine. En fin de compte, même si on tend vers une convergence des cultures, il apparaît impossible d’aboutir à une culture unique. 

 

Lionel Dureisseix, Jean-Baptiste Godin, Solène Ménard

Leave a Comment