L’investissement en Afrique au cœur du Mastère MCI

 

Grâce aux changements opérés dans les politiques et à l’amélioration de la gouvernance et de la gestion, l’Afrique a enregistré les taux de croissance les plus élevés depuis l’accession des pays africains à l’indépendance. La proportion de la population vivant dans l’extrême pauvreté a cessé d’augmenter, et les changements démocratiques deviennent la norme, tandis que les efforts menés par les Africains eux-mêmes permettent de réduire les conflits sur le continent.

L’ouverture de l’Afrique

Le contexte mondial est favorable à l’Afrique et les grandes économies émergentes offrent au continent de nouvelles possibilités. Le nombre de pays africains solvables s’accroit et le volume de l’investissement augmente. Tous ces facteurs poussent à l’optimisme. On estime donc que l’Afrique a une chance historique de progresser encore plus rapidement et qu’elle doit la saisir.

En effet, le continent africain a toujours accordé une haute priorité à l’unité fondée sur la coopération et l’intégration régionales. Lors de l’accession des pays africains à l’indépendance, l’accent était mis sur l’unité politique et la solidarité pour mettre un terme à la marginalisation de la période coloniale. Toutefois, cet objectif politique n’a pas été pleinement atteint, et beaucoup de pays sont maintenant d’avis qu’il faudra des décennies pour réaliser l’unité politique.

Cette opinion, et le début du déclin économique de plusieurs pays africains à partir de la fin des années 70, ont tourné l’attention vers l’économie de la coopération et de l’intégration. Cette orientation a prévalu pendant les 15 dernières années, et l’on reconnait de plus en plus maintenant les défis économiques spécifiques de l’Afrique et la nécessité de renforcer l’intégration économique pour s’attaquer à ces défis.

Un avenir prometteur pour le continent

L’Afrique peut donc accélérer les progrès et occuper la place qui lui revient dans un monde globalisé. Dans bon nombre de pays africains, les fondamentaux sont déjà mis en place. La performance du continent est bien meilleure aujourd’hui qu’auparavant. Les engagements de soutien sont substantiels. Il reste à l’Afrique et à ses dirigeants de saisir l’occasion et d’en tirer parti.

 

 Afrique en or

 

Etude de l’investissement en Afrique dans le cadre du MCI 

Dans ce cadre, le Mastère spécialisé Management et Compétences Internationales à Audencia nous offre l’occasion de toucher de près l’investissement en Afrique à travers le cours animé par Monsieur Bertrand Marchais.

4 pays africains sont étudiés par 4 groupes d’étudiants de MCI :

  • le Burkina Faso
  • l’Egypte
  • le Ghana
  • la Tunisie

Le projet porte sur l’investissement dans un projet d’énergie solaire dans les pays concernés. Il consiste donc à traiter les besoins et contraintes actuelles de l’investissement dans ces pays ainsi que les principaux éléments de l’environnement des affaires à prendre en compte.

Quelques questions à Bertrand Marchais…

Quel est votre parcours?

Apres une première expérience de cabinets d’avocats internationaux à Paris et des Nations Unies au Moyen Orient, j’ai travaillé pour le Groupe de la Banque Mondiale et subsidiairement pour d’autres organisations internationales comme la Banque Européenne d’Investissement et la Commission Européenne pendant plus de 25 ans.

B Marchais

Bertrand Marchais, Professeur à Audencia Business School

Mon domaine d’expertise principal est le soutien au secteur privé au niveau des moyens de protéger et garantir les investissements privés en capital et en prêts dans les pays émergents, en particulier en Afrique et au Moyen Orient, en Europe Centrale et Orientale et en Asie du Sud Est,  et au niveau du règlement des différends entre Etats et investisseurs. J’ai aussi travaillé dans le domaine de la promotion des investissements étrangers par les Etats au niveau de la mise en place d’un climat d’investissement favorable, de structures de soutien aux investisseurs et de campagnes de promotion pays et secteurs économiques.

Quel est l’intérêt du cours « Managing projects from a global perspective » et les compétences apportées aux étudiants à travers les sujets étudiés?

Le module permet aux étudiants de se familiariser avec les principaux instruments d’évaluation de l’environnement des affaires dans les pays émergents et les principaux risques rencontrés par les investisseurs dans ces pays Les mécanismes de soutien aux investissements mis en place par les pays OCDE au niveau national et par les organisations internationales régionales et globales sont aussi abordés. Cette approche est complétée par une analyse des politiques et stratégies de promotion des investissements des pays d’accueil des investissements. Cela permet de se placer du cote de l’Etat d’accueil et de comprendre ses motivations, une approche qui est plus rarement étudiée.

Pourquoi avez-vous porté le choix sur les 4 pays africains : Tunisie, Egypte, Burkina Faso, Ghana ?

Le choix de ces pays africains correspond au choix du projet retenu qui concerne un investissement par une société française dans le secteur solaire.  Les pays retenus ont tous un potentiel important dans ce domaine. Ils sont aussi relativement accessibles en termes de complexité et d’accès à l’information pour les étudiants.

Leave a Comment